Nos voisins du dessous

Publié le par Vana

down-under.jpgNos voisins du dessous - chroniques australiennes (Down Under) est un livre de l’auteur américain Bill Bryson. Il faisait également partie du cadeau d'anniversaire que j'évoquais dans mon billet sur la trilogie du koala tueur.

Ce livre m'a tellement plus qu'il a fait le voyage au pays des kangourous avec moi et quand on sait que chaque kilo est compté, c'est vous dire si c'est une info d'importance. D'ailleurs, je m'en suis servi comme d'un guide touristique (que je n’avais pas pris avec moi) et j'ai dû en faire mention dans un ou deux autres articles précédents.

Bref, pour en revenir au livre à proprement parler, Bill Bryson en est le héros, et pourrait fort bien être réellement autobiographique. Celui-ci s'articule en trois parties : L'Outback, l'Australie civilisée et l'Australie des extrêmes, correspondant à trois voyages ayant des buts différents, effectués seul ou accompagné, pour le travail ou les loisirs.

Faits historiques et fictions y sont habilement mêlés et cela donne une dimension et une compréhension de l’environnement comme nulle autre. Le lecteur se délecte, rit aux éclats, apprécie des faits sidérants (l'électricité est apparue à White Cliffs en 1993) et ne pourra s’empêcher de hocher la tête en acquiesçant à la justesse des propos tenus.

Vous pouvez me croire, ce livre est un plaisir. Ma petite maman (eh oui, encore elle) a une nouvelle fois été conquise et  pour l'avoir constaté de mes yeux, Down Under figure dans de nombreux foyers australiens.

 

Pour finir je vous livre quelques morceaux choisis, qui, je l'espère, vous donneront envie d'en savoir plus :

 

« Et si on parlait un peu de l'ornithorynque ? Dans ce pays de créatures bizarres, il règne en champion suprême. Il se situe dans une niche animale à part, avec son anatomie aberrante à mi-chemin entre le mammifère et le reptile. »

 

 « Il y a quelque chose de merveilleusement reposant dans les longs voyages en train. Ils vous donnent un avant-goût de ce que sera votre vie quand vous aurez quatre-vingts ans. Toutes ces choses que les personnes âgées aiment faire – regarder par la fenêtre les yeux vides, somnoler dans un fauteuil, ennuyer à mort par vos bavardages les autres voyageurs assez stupides pour venir s’asseoir près de vous – me sont devenues tout à coup beaucoup plus familières et sympathiques »

 

 J’espère vous avoir convaincus. Bonne lecture ^^

 

 

Commenter cet article